Jour férié.

Elle marche dans l’appartement, le parquet grince sous ses pieds nus. Elle ouvre la fenêtre, respire calmement, profondément. Parfois elle s’endort et se réveille dans un frisson. Alors elle cherche la couverture les yeux mi-clos, se retourne.

Souvent, elle caresse sa peau et l’observe. Elle veut savoir ce qu’il ressentira s’il la touche cette semaine, lui aussi.

Elle n’aime pas les jours fériés, car ce sont autant d’heures loin de leur lieu commun, autant de minutes pendant lesquelles le contact est interdit, autant de secondes grignotées dans le minuscule espace des cinq jours auxquelles elle a droit.

Quand elle y pense son corps s’échauffe. Elle aimerait passer les jours fériés enroulée dans ses grands bras mais comme c’est impossible elle va chercher ailleurs le frôlement d’autres torses, d’autres lèvres. Elle pense à lui quand ils entrent en elle, elle aimerait qu’il voit ça parfois, juste pour l’énerver.

Vite, que ce jour se passe. Qu’elle retrouve son odeur.

Elle n’aime pas les jours fériés.

📷@elirezkallah

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *